La grippe augmente le risque de narcolepsie


Le risque de maladie du sommeil augmente en raison des maladies grippales

Les chercheurs ont montré un lien entre les infections grippales et la soi-disant maladie du sommeil (narcolepsie). La maladie grippale augmente le risque de narcolepsie ultérieure, rapportent le chef de l'étude Emmanuel Mignot et ses collègues de l'Université Stanford en Californie dans l'édition actuelle de la revue spécialisée "Annals of Neurology".

Au cours de leur étude, les scientifiques ont examiné environ 900 patients chinois atteints de narcolepsie et, selon leurs propres déclarations, ont découvert des preuves claires que «les infections hivernales par la grippe A et / ou les streptocoques agissent comme des déclencheurs de la narcolepsie.» Environ cinq à sept mois après une vague de grippe Selon les chercheurs, le nombre de maladies liées à la narcolepsie a également augmenté. Suite à l'épidémie de grippe particulièrement sévère de l'hiver 2009/2010, les cas de narcolepsie ont même triplé, selon les résultats de la présente étude. Cependant, les chercheurs ont pu écarter un lien entre la survenue de la maladie du sommeil et la vaccination contre la grippe - du moins pour le vaccin utilisé en Chine.

Mal du sommeil due à la vaccination contre la grippe?
Plus récemment, l'Agence européenne des médicaments (EMA), sur la base des dernières études épidémiologiques de Finlande et de Suède, des données de sécurité des autorités sanitaires et des rapports de cas de divers pays de l'UE, a recommandé de ne pas utiliser le vaccin contre la grippe Pandemrix® chez les adolescents (le vaccin provoque la narcolepsie). Car, selon l'EMA, cela pourrait augmenter considérablement le risque de narcolepsie. Cette évaluation a également été étayée par les résultats préliminaires d'une étude épidémiologique du réseau VAESCO (Vaccine Adverse Events Surveillance and Communication) de l'autorité sanitaire européenne ECDC. Les scientifiques dirigés par Emmanuel Mignot de l'Université de Stanford en Californie excluent cependant un lien avec les vaccinations contre la grippe chez environ 900 patients chinois atteints de narcolepsie. Seuls 5,6% des patients atteints de narcolepsie ont été vaccinés à l'avance contre la grippe, selon les chercheurs. En fait, la grippe elle-même augmente le risque de narcolepsie, ont expliqué les experts. Comme l'a souligné le responsable de l'étude Emmanuel Mignot, "la découverte de l'absence d'association avec la vaccination" est particulièrement importante. Parce que cela peut être vu comme une indication que «le risque de maladie pourrait même augmenter si la vaccination est restreinte en raison de la peur de la narcolepsie».

Le lien entre la survenue de la maladie du sommeil et la vaccination antigrippale a été soigneusement examiné pour la première fois après l'utilisation du vaccin controversé Pandemrix au cours de l'épidémie de grippe porcine 2009/2010. Par exemple, des études épidémiologiques menées en Finlande sont parvenues à la conclusion qu'environ neuf fois plus d'enfants ont développé la narcolepsie après la vaccination avec Pandemrix que la moyenne nationale. Les investigations ultérieures menées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Agence européenne des médicaments ont montré que le vaccin pouvait apparemment entraîner l'apparition de la maladie du sommeil en raison de l'interaction avec d'autres substances. Jusqu'à présent, il n'a pas été clair quelles substances provoquent ces interactions, bien que les premières suspicions de deux ingrédients actifs, appelés adjuvants, aient diminué. Dans leur étude actuelle, les scientifiques dirigés par Emmanuel Mignot ont maintenant examiné si les vaccins antigrippaux sans adjuvants pouvaient augmenter le risque de narcolepsie en utilisant le vaccin antigrippal utilisé en Chine.

Dans le cadre de leur enquête, il n'y avait pas de risque accru de maladie chez les patients vaccinés narcolepsie par rapport aux sujets non vaccinés, rapportent les chercheurs de l'Université de Stanford. Puisqu'une vaccination antigrippale réduit le risque de grippe et que la grippe elle-même est un facteur de risque de narcolepsie, les gens ne devraient pas s'abstenir de se faire vacciner contre la grippe par peur de la narcolepsie, a souligné le chef de l'étude Emmanuel Mignot. Mignot estime que la vaccination avec un vaccin antigrippal léger sans amplificateur pourrait même réduire le risque de narcolepsie. Le scientifique étudie la maladie du sommeil depuis des années et en 2009, avec ses collègues, a fourni la première preuve que la maladie doit être comprise comme une maladie auto-immune. Selon l'expert, les cellules de défense de l'organisme attaquent apparemment par erreur les cellules nerveuses dans lesquelles une certaine protéine est produite. Pour les personnes touchées, cela se traduit par des déficiences considérables telles qu'une somnolence extrême pendant la journée, des troubles du sommeil et une défaillance musculaire soudaine.

Selon le scientifique américain, environ trois millions de personnes dans le monde souffrent de narcolepsie, ce qui entraîne une prédisposition génétique à la maladie et des facteurs environnementaux spéciaux la déclenchent finalement. Selon les chercheurs, un tel facteur environnemental peut être, par exemple, un froid hivernal, qui est suivi d'une réaction excessive du système immunitaire. Puisqu'il y avait également un risque accru de narcolepsie avec le vaccin contre la grippe porcine Pandemrix, certains ingrédients semblent également agir comme des facteurs environnementaux pathogènes. Afin de déterminer la totalité des facteurs environnementaux et d'expliquer comment la narcolepsie, maladie auto-immune, est provoquée par ces facteurs environnementaux, selon les scientifiques, des études complémentaires approfondies seront nécessaires dans les années à venir. (fp)

Continuer à lire:
Le vaccin contre la grippe porcine provoque la narcolepsie
Maladie du sommeil due au vaccin contre la grippe porcine
Immunité contre la grippe après une infection à la grippe porcine?
La grippe porcine n'est pas une raison de paniquer

Image: Sarah Blatt / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Troubles neurologiques du sommeil


Article Précédent

Diagnostics de mode: la dépression n'est pas la même chose que l'épuisement professionnel

Article Suivant

Vaccin contre la grippe porcine: plainte pénale contre STIKO