Mesures de prévention du cancer


L'OMS nomme des mesures pour réduire le risque individuel de cancer

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le cancer est l'une des causes de décès les plus courantes dans le monde, en particulier le cancer du poumon (1,59 million de décès en 2012), le cancer du foie (745000 décès), le cancer de l'estomac (723000 décès), le cancer du côlon (694000 décès), le cancer du sein (521000 Décès) et le cancer de l'œsophage (400 000 décès) jouent un rôle important. Selon le Rapport mondial sur le cancer de l'OMS 2014, 8,2 millions de décès au total étaient dus au cancer en 2012. Dans le même temps, l'Organisation mondiale de la santé énumère diverses mesures avec lesquelles chacun peut faire quelque chose pour prévenir le cancer.

Selon l'OMS, «la connaissance des causes du cancer et des interventions possibles est cruciale pour une prévention réussie du cancer». Selon l'OMS, plus de 30 pour cent des décès par cancer pourraient être évités en évitant les principaux facteurs de risque. Outre le tabagisme, les principaux facteurs de risque sont le manque d'activité physique, la consommation d'alcool, la pollution de l'air en milieu urbain, les infections sexuellement transmissibles au VPH, ainsi que le surpoids et l'obésité. Par exemple, la consommation de tabac en tant que principal facteur de risque de cancer cause environ 22% des décès par cancer dans le monde et environ 71% des décès par cancer du poumon dans le monde, rapporte l'OMS.

Eviter les facteurs de risque La liste des mesures prises par l'OMS pour améliorer la prévention du cancer ne comprend que quatre points: la prévention des facteurs de risque, la vaccination contre le VPH (virus du papillome humain) et l'hépatite B, une réduction de l'exposition solaire et la maîtrise et la suppression des risques professionnels. Dans de nombreux cas, cependant, les approches de prévention sont difficiles à mettre en œuvre pour les individus. Par exemple, si l'exposition au soleil peut être réduite relativement facilement, il est beaucoup plus difficile d'éviter efficacement tous les facteurs de risque, surtout si les personnes concernées sont en contact avec eux dans leur environnement professionnel. En évitant les principaux facteurs de risque (tabac, consommation d'alcool, mauvaise alimentation et manque d'exercice), selon l'OMS, le risque de cancer est déjà significativement réduit. Dans les pays à faible revenu en particulier, les infections par le virus de l'hépatite B (VHB), les virus de l'hépatite C (VHC) et le VPH sont responsables de jusqu'à 20 pour cent des décès par cancer, c'est pourquoi les vaccinations appropriées sont mentionnées ici comme stratégie de prévention par l'OMS.

Amélioration de la détection précoce Selon l'OMS, le nombre de décès par cancer pourrait également être considérablement réduit par une meilleure détection précoce, car le diagnostic et le traitement précoces conduisent souvent à une guérison. Le domaine de la détection précoce comprend non seulement les soi-disant programmes de dépistage qui sont utilisés, par exemple, pour rechercher des formes précoces de cancer du col de l'utérus, du côlon et du sein, mais aussi la conscience individuelle des signes possibles de cancer joue ici un rôle important. Parce que plus tôt les personnes touchées interprètent correctement les plaintes apparemment non spécifiques, plus elles sont susceptibles de consulter un médecin, qui peut commencer le traitement. La connaissance des symptômes possibles du cancer est cruciale pour le succès du traitement. (fp)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Prévention du cancer du col de lutérus - Roman Rouzier Institut Curie


Article Précédent

Schwabach: Naturheilpraxis Ostara

Article Suivant

Risque de cancer: trop d'acrylamide dans les aliments